C'est M. Midzik qui s'est fait offrir Les Amants du Spoutnik et qui m'a initiée à cet auteur prolifique et surprenant. J'ai découvert ensuite avec bonheur qu'il se trouve aussi être le traducteur japonais de Raymond Carver, l'un de les auteurs préférés, et dont il a dit au moment de sa mort « Raymond Carver a été sans le moindre doute, le professeur le plus important de mon existence ainsi que mon plus grand ami en littérature ». Comment, dans ces conditions, résister à plonger la tête la première dans son oeuvre ? Dans ce premier volet, je réunis 3 oeuvres très proches dans le temps mais dans 3 genres différents : Les Amants de Spoutnik, roman court publié en 1999, Kafka sur le Rivage, un roman assez long publié en 2000 et Après le Tremblement de Terre, un recueil de nouvelles datant de 1999-2000.

  • Les Amants du Spoutnik (1999). K., jeune instituteur consciencieux et passionné de littérature, est très épris de Sumire, une étudiante qui aspire à devenir écrivain. K. et Sumire entretiennent une relation intellectuelle très intense mais Sumire, n'a d'yeux que pour Miu, une femme d'affaire à la beauté parfaite et voit K. comme un frère plutôt que comme un amant potentiel. Entre séparation, disparition, rencontres impossibles et sentiments exaltés, voilà un triangle amoureux qui ressemble fort à une tragédie grecque. La dimension onirique qui est l'un des fils conducteurs chez Murakami est présente seulement vers la fin et donne un bel avant-goût de ce qui attend le lecteur fidèle dans, par exemple, Kafka sur le Rivage (2002). Les Amants du Spoutnik est le premier roman de Murakami que j'aie lu. J'ai trouvé son écriture tout simplement aérienne et j'ai été saisie par la justesse et la subtilité avec laquelle le sentiment amoureux est décrit. Une bonne entrée en matière, donc !
  • Kafka sur le Rivage (2000). Kafka sur le Rivage appartient à la catégorie des romans d'apprentissages. Après un périple parsemé d'embûches plus ou moins fantastiques et métaphoriques nos 2 personnages passent dans un autre monde, un monde plus proche d'une vérité qui leur est propre... Attention, âmes terre à terre, accrochez vos ceintures, ce que vous y lirez dépassera sûrement le cadre de vos rêves les plus fous. Le monde de Murakami empreinte à la fois au surnaturel, à la philosophie, à la psychanalyse et au lyrisme et n'apporte pas forcément de réponses aux questions que la quête de ses personnages suscite. Il rejoint en cela son ami littéraire Raymond Carver qui laisse la part belle à l'imagination du lecteur. L'originalité de son écriture est donc enivrante car elle nous emmène vers des contrées sauvages et parfois aussi déconcertante pour le lecteur qui cherche un dénouement là où Murakami se contente d'ouvrir quelques pistes. Kafka Tamura, 15 ans, fugue pour échapper à la malédiction Oedipienne que son père a prononcée contre lui. Il trouve refuge dans une bibliothèque commémorative où son destin se lie à Oshima, figure de frère androgyne et protecteur et Mlle Saeki, figure insaisissable de mère désirée. Sa quête le conduit dans une forêt où s'accomplit son voyage initiatique. Nakata, vieil homme rendu simple par un coma dans lequel il est tombé étant enfant, part à la recherche de la Pierre de l'Entrée. Son voyage l'amène à croiser le chemin d'un jeune routier débonnaire qui l'accompagne jusqu'à l'aboutissement de sa quête.
  • Après le Tremblement de Terre (1999-2000). Le tremblement de terre évoqué dans le titre est celui de 1995 à Kobe. Murakami s'en sert ici comme métaphore des failles qui intérieures qui composent l'être humain avec une question centrale : pourquoi vivons-nous ? Le tremblement de 1995 est bien le fil directeur de ce recueil de 6 nouvelles mais n'a touché aucun des personnages physiquement. Pourtant, tous sont affectés par celui-ci et traversent des épisodes fantastiques, burlesques, philosophiques, drôles ou graves qui marquent le séisme intime qui attendait de les agiter et va les transformer à tout jamais. Mosaïque des facettes du talent de Murakami, Après le Tremblement de Terre est plus accessible que Kafka sur le Rivage ou même Les Amants du Spoutnik. Tous ont en commun cette écriture époustouflante de justesse, des personnages singuliers et des trames extraordinaires.