A la suite d’un concours organisé en 2006 par la Gateway Foundation, organisation à but non lucratif supportant l’art public, et à la demande de la ville de Saint Louis, propriétaire du site, le bureau d’architectes paysagistes Nelson-Byrd-Wolz Landscapes a été sélectionné pour concevoir et mettre en oeuvre le projet, intégrant 24 sculptures. City Garden devait être un parc ouvert à tous en permanence et gratuit; il ne devait comporter aucune barrière, pas même autour des sculptures.

Le parc a une structure narrative: les architectes paysagistes souhaitaient raconter une histoire à partir des caractéristiques propres du site et évoquer la culture et la géographie de St Louis et ses environs. Le jardin est ainsi divisé en trois parties horizontalement (du nord au sud) qui reprennent le tracé de l’ancien parcellaire avec une rue arrière centrale dite “alley”(carte Sanborn de 1916). Au nord se trouve “The Upland” ou “River Bluffs”, bordé par un grand mur courbe en calcaire jaune du Missouri, représentant les falaises de calcaire du bord du Mississipi et du Missouri; au sud se déroule le fleuve et ses méandres, “ River Terrace Flower Garden” ainsi que les cultures en terrasse; au milieu se situe la “Lower flood plain”, comprenant les “rain gardens”, les grands arbres et les plus grandes sculptures. IMG_4319.JPG

Connaissant le climat très chaud et humide de Saint Louis en été, les paysagistes ont veillé à intégrer de vastes surfaces d’ombre ( 50% de la surface) et une forte présence de l’eau sous différentes formes: bassins, cascade, fontaines. L’espace nord intègre des espaces dédiés à une sculpture spécifique, un bâtiment et une terrasse positionnés en hauteur pour manger, s’asseoir, discuter avec des perspectives sur les sculptures et le bassin; on y trouve également un grand écran entouré de massifs en pierre faisant office de bancs sur lequel sont projetés films, matchs sportifs etc. A l’ouest de cette partie se trouve un espace surélevé planté de fougères, bouleaux et héllébores qui évoquent l’archétype paysager de Cahokia, l’une des plus grandes villes amérindienne du nord des USA datant du XIIème siècle située au sud du St Louis actuel.

DSC00709.JPG

L’espace central est le coeur du parc. Les arbres plantés en grands alignements sont le chêne bicolore, le caféier du Kentucky, différents types d’érables, des platanes et des tupélos noirs. C’est là qu’on trouve les plus grandes sculptures et deux esplanades minérales: sur l’une coule doucement l’eau à travers la sculpture Eros, sur l’autre jaillissent des jets d’eau, orchestrés numériquement en 102 arrangements possibles, où le public peut librement circuler, paradis des enfants qui s’y éclaboussent avec bonheur.

L’espace sud est bordé par un banc courbe de granit de 340m de long symbolisant le fleuve, auquel s’adossent perpendiculairement des cultures de fleurs et plantes en bandes qui reprennent le tracé des anciennes parcelles et sont bordées de haies basses persistantes. City Garden a été conçu comme un jardin urbain durable: 2/3 des pluies d’orage du site sont gérés dans les limites du parc; 50% de la surface est perméable; plus de 500m2 des “rain gardens” capture, retient et filtre l’eau de ruissellement. L’eau des fontaines est recyclée et l’eau de pluie filtrée est également utilisée.

Le choix des plantes, natives pour la plupart, a été fait en partenariat avec le Missouri Botanical Garden en veillant à choisir des plantes adaptées à un environnement urbain, demandant un minimum d’entretien, mais marquant également fortement les saisons. Le parc, d’une surface de 3 acres, compte 4 200 plantes vivaces, 240 arbres de 20 espèces différentes, 1100 arbustes, 8 000 bulbes et 13 000 pieds de plantes couvrantes.

Au nord, le bâtiment d’architecture minimaliste abrite un restaurant entièrement vitré pour pouvoir profiter pleinement des vues sur le parc. Il est actuellement occupé par le bar-restaurant “Death in the afternoon”, nom d’un célèbre cocktail inventé par Hemingway – à base d’absinthe et de champagne- servant une cuisine de bons produits nature avec un parfum d’Asie.

Enfin, les sculptures, pièces maîtresses du parc: au départ 18 étaient prévues, 24 seront retenues. En métal, bronze, inox, acier, aluminium, mais aussi en fibre de verre ou en polyester, ces oeuvres d’art de tailles très différentes sont placées dans des espaces ouverts ou plus fermés, sauvages ou domestiques, isolées ou en relation visuelle les unes avec les autres. Le public peut les toucher, les escalader, s’y baigner (“le Voyage” de Folon)…Mais surtout apprécier de pouvoir admirer autant d’oeuvres d’art en se promenant dans un jardin qui évolue au fil des saisons. Pour en savoir plus sur les sculptures, il suffit de consulter les dépliants mis gratuitement à disposition du public en de nombreux endroits du parc, comportant à la fois une carte et une description assez détaillée de l’oeuvre ainsi que sa genèse.

IMG_4049.jpg

Le parc, ouvert en 2009, a été très rapidement adopté par le public, à la fois promeneurs, familles, travailleurs des immeubles d’affaire environnants en pause lunch, touristes etc. De nombreux mariés viennent s’y faire photographier, devant la cascade particulièrement. Il est remarquablement respecté et les gardiens du parc qui le veillent l’adorent.

Si vous souhaitez en savoir plus sur ce lieu beau, vivant et citoyen, voici quelques liens:

City Garden, site officiel: http://www.citygardenstl.org Les architectes paysagistes concepteurs : http://www.nbwla.com/projects/park/citygarden Le restaurant: http://www.deathintheafternoonstl.com